• Je suis seule, ma famille n'est plus là désormais ... Je regarde leur tombe en pensant à tout ces moments heureux que j'ai pu vivre... mais ils appartiennent au passé désormais. Alors que mes larmes perlent sur mes joues tel un rêve effemère, une main délicate se pose sur mon épaule. Je me retourne et lance un regard à l'inconnu... je n'ai pas besoin de leur pitié, je n'ai besoin de rien. Je suis désormais seule et vide. Tel une machine abandonné je resterai le reste de ma vie à attendre qu'on me répare ... mais les rouages de mon coeur sont bien trop complexe. Personne ne voudra plus jamais de moi...

    L'homme à la main figée sur mon épaule. Son regard est rouge comme le sang de mes défunts parents, ses cheveux noirs comme cette terre qui les retients prisonniers et sa peau blanche comme la neige qui tombe en ce moment recouvrant toute les traces de ma tristesse.

    Cette personne est jeune, elle a mon âge, je ne le connais pas et n'ai pas envie de le connaître. Je ne suis plus personne de toute façon, Anna Wolkemer à disparu à jamais pour laisser place à une ombre. La jeune fille aux cheveux couleur soleil et aux yeux couleur océan est devenue une étrangère pour celle que je suis. 

    Il me fixe toujours, en silence, son regard me réchauffe ... mais je ne le veux pas. Je veux souffrir dans le froid et mourir auprès de ceux que j'aime... ne le comprend il pas ?

    Soudain il me soulève, me porte tel un vulgaire sac sur son dos, je me débat, je veux rester mais les mots ne sortent pas.. J'ai la gorge serrée et la tête qui bourdonne. J'entend à peine ses mots quand je plonge dans un profond sommeil ... 

    Dans mes rêves j'entend une voix, elle me rassure, me réconforte, prononce mon nom ... et m'emmene loin de tout.

    Loin de ce monde, de cette tristesse, de cette douleur, de ces souvenirs, oui ... Je veux oublier.


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique